Alléger le poids des pensées


méditer pour alléger le poids des pensées
Théo Grosjean - l'homme le plus flippé du monde

Si vous pouviez remplir un sac avec toutes les pensées qui vous passent par la tête chaque jour, qu’y mettriez-vous ?

A l’image de Théo ci-dessus, vos sujets d’inquiétude (réels ou imaginaires), votre to-do-liste, des récriminations contre ce qui ne va pas comme vous le souhaiteriez, le souvenir ou l’anticipation d’une conversation difficile, vos réflexions sur le monde qui ne tourne pas rond, les ruminations sur une situation de vie qui ne vous convient pas ...

Quel poids pèserait alors votre sac ? Peut être avez-vous mal au dos, rien que d’y penser !


« Je veux faire le vide dans ma tête » me disent souvent les participants au début des programmes de méditation. Comme si, en supprimant leurs pensées, ils pourraient aussi déposer le poids qu’ils portent sur leur dos. Car, effectivement, nos pensées, leur contenu, leur rythme exercent une influence réelle sur notre état physique et émotionnel. Ainsi, la pensée d'un proche dans une situation difficile peut provoquer de la tristesse et contracter la gorge. Un objectif à atteindre et le corps se tend subtilement sous l’effet du stress alors qu'un souvenir plaisant fait émerger de la joie et une douce chaleur qui dilate la poitrine.


Les milliers de pensées que nous produisons chaque jour vont donc colorer, parfois de manière consciente mais le plus souvent à notre insu, la façon dont nous nous sentons au quotidien. Nous ne remarquons en général que les pensées qui prennent beaucoup de place ou qui ont une forte charge émotionnelle. Les autres, nombreuses, passent sous le radar de notre conscience tout en continuant pourtant à s’accumuler dans notre sac.Pas étonnant qu'à la fin de la journée on puisse "en avoir plein le dos" !


Lorsqu’on commence à méditer, on est souvent surpris de constater l’encombrement dans notre tête : toutes les histoires qu’on se raconte, les commentaires, les jugements, les divagations, les luttes intérieures, les objectifs qu’on s’assigne, les critiques… tous ces processus mentaux dont beaucoup ne servent finalement pas à grand-chose, voire nous font du mal et nous épuisent.


En prenant conscience nos pensées, de leurs mouvements, de leur contenu, il devient alors possible de les considérer pour ce qu'elles sont : de simples productions de notre esprit et pas la réalité. Elles perdent de leur emprise, ne prennent plus autant de place au sein de notre expérience. De quoi alléger grandement le poids que nous portons !


Envie d'essayer ? les prochains cycles MBSR démarrent bientôt. Les inscriptions sont ouvertes.