Remettre à sa place son critique intérieur


Avez-vous déjà remarqué chez vous une tendance à vous auto-critiquer, à vous blâmer, parfois exagérément, lorsque quelque chose ne se passe pas comme vous l’auriez souhaité ?

« Quel sot/sotte tu es, tu t'as encore oublié » « C’est toujours la même chose avec toi, tu es bien trop agité.e, (ou impatient.e, exigeant.e, inefficace, maladroit.e... )» ou encore " Jamais, tu n'y arriveras, tu n'en es pas capable..." L’entendez-vous cette voix intérieure qui, sous prétexte de vouloir nous améliorer :

  • pointe nos supposés défauts et oublie de remarquer nos qualités,

  • nous rend responsable des échecs sans remettre en perspective la situation,

  • généralise en « toujours » et en «jamais» une réalité bien sûr plus nuancée

  • nous compare défavorablement aux autres, à ceux qui « eux réussissent » …

Comment vous sentez-vous, lorsqu'elle s'adresse à vous cette voix intérieure ?

Est-ce qu'elle vous booste, vous soutient, vous stimule ou vous laisse-t-elle plutôt avec un sentiment d'incompétence, d'insécurité, de découragement ?

Savoir s’évaluer, apprendre de ses erreurs, ajuster ce qui peut l’être est fondamental dans un processus de développement personnel ou professionnel. Mais il y a une grande différence entre une évaluation objective, non complaisante de soi et une auto-critique systématique et souvent excessive.

Nous sommes nombreux à partager la croyance qu’en nous auto-jugeant, en nous traitant durement dans les situations difficiles, nous œuvrons à notre «amélioration». Les recherches scientifiques nous montrent pourtant le contraire : être critique avec soi-même génère un état de stress, engendre des états d’esprit négatifs ( tels que le sentiment d’incompétence, de culpabilité….), alimente les ruminations et conduit à la procrastination plutôt qu’à une transformation constructive. Tout le contraire de ce que nous souhaitions pourtant atteindre !

Mais alors, pourquoi continuons-nous à nous maltraiter de la sorte ? L’une des raisons, c’est que nous sommes tellement habitués à nous entendre traité ainsi, par nous-même ou par d’autres, parfois depuis l’enfance, que nous ne nous rendons plus compte des effets néfastes de ces critiques renouvelées. Pire encore, il arrive que cette partie de nous qui nous juge soit devenue un compagnon du quotidien, toujours présent, et auquel nous faisons confiance : on peut le croire, il a raison !

Dans la méditation, comme dans la vie, le critique intérieur nous rend souvent visite : « Tu ne sais décidément pas bien respirer » « Mais enfin, tu ne peux pas rester concentré un peu, non ?» «tous les autres sont tellement tranquilles, et moi qui n’y arrive jamais ! » Petit à petit, avec l’attention bienveillante que nous portons à notre expérience, nous apprenons à reconnaitre sa présence, à remarquer ce qu'il nous dit (il a souvent un top 5 de critiques préférées) et à sentir à quel point il ne nous sert pas. De sorte que lorsque le critique se manifeste dans notre quotidien, il devient bien plus facile de reconnaître sa voix, ne plus se laisser prendre à son jeu et le remettre à sa juste place : juste une pensée qui ne nous fait pas du bien !

Dans les jours qui viennent, je vous invite à être curieux de votre critique intérieur : à quel moment se manifeste-t-il ? Comment s'adresse- t-il à vous ? Que vous raconte-t-il ? Vous pourriez lui trouver un nom moqueur qui reflète à quel point il est caricatural. Un animal peut être : avec les enfants on utilise souvent l'image du perroquet moqueur. Ou un personnage de BD. Sharon Salzberg, une enseignante de méditation renommée, a choisi Lucy, la copine de Snoopy qui lui fait la morale et croit avoir toujours raison. Prenez un instant : comment pourriez-vous l'appeler, votre critique intérieur ? Ainsi, la prochaine fois que vous remarquez sa présence, voici ce qui pourrait se passer : " Salut critique intérieur, merci d'être là pour moi. Je sais que tu veux mon bien, mais vraiment, là tu ne me sers pas. " et choisir alors de porter votre attention ailleurs.


La méditation nous offre l'occasion de nous familiariser avec notre critique intérieur, de le remettre à sa juste place et de commencer à développer vis à vis de nous même une relation plus amicale et plus soutenante.

Ce changement d'attitude envers vous-même vous tente ? Découvrez les activités proposées pour les particuliers ici .

Et si vous êtes curieux d'introduire ces pratiques dans votre contexte professionnel, contactez nous directement : info@etreaupresent.be